Le Crucifié de Jérusalem

La Semaine sainte est l’occasion de revenir sur les chroniques consacrées, ici, à Jérusalem, pas moins de seize à ce stade. Et le moins que l’on puisse dire à leur lecture, est qu’il s’y est passé des choses étranges dans cette ville. Pour reprendre les mots d’un jeune homme assis, vêtu d’une robe blanche, dans le tombeau  dont la pierre avait été roulée, qui s’adressa ainsi aux trois femmes venues comme le soleil se levait : Ne vous effrayez pas. C’est Jésus le Nazarénien que vous cherchez, le Crucifié : il n’est pas ici. Marc L’évangéliste ajoute : Elles sortirent et s’enfuirent du tombeau, parce qu’elles étaient toutes tremblantes et hors d’elles-mêmes. Et elles ne dirent rien à personne, car elles avaient peur.

DSC00199

Deux mille ans plus tard ou presque, et alors que le Crucifié n’est pas ici, nous continuons le plus souvent de ne rien dire à personne, car nous avons peur, non plus des Romains ou des grands prêtres, mais d’être reçu comme Marie de Magdala par les apôtres qui, l‘entendant dire qu’il vivait et qu’elle l’avait vu, ne la crurent pas, jusqu’à se manifestant aux Onze, le Ressuscité leur dit : « Allez par le monde entier, proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création . Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé. Celui qui ne croira pas, sera condamné« .

Pourtant, il n’est pas un jour que le Dieu des Vivants n’agisse avec nous et confirme la Parole par les miracles qui l’accompagnent. Il suffit de regarder chaque jour le monde entier tel qu’il est, comme le soleil se lève, si loin des supercheries du diable qui cherche à nous faire croire que la terre des Vivants serait un seul linceul de morts. Mais un simple regard d’enfant nous en dissuade à jamais.


DSC00215

Voici les chroniques consacrées à Jérusalem. Si Dieu veut, d’autres viendront s’ajouter au fil du temps :

La fureur du feu saint à Jérusalem

Le grand malheur du 3 mai 1834 au Saint Sépulcre

Au jardin de Gehsémani à Jérusalem

Le sanctuaire Dominus Flevit à Jérusalem

Sunu Baay Bi Ci Asamaan

Pleure, Jérusalem, Pleure, cité perfide

Le témoin insolite d l’arrestation du Christ

Au cimetière juif du mont des Oliviers

Qui était l’eunuque éthiopien ?

Tolstoï au kibboutz avec les filles de la Bible

Au Saint-Sépulcre : les redoutables mystères

Au Saint-Sépulcre : les lieux redoutables

Au Saint-Sépulcre : le linceul de pierres

Au mur occidental à Jérusalem

L’esplanade des mosquées à Jérusalem

Le monastère de l’église éthiopienne sur le toit du Saint-Sépulcre

29 octobre   Pater Noster (8)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s