La tempête

DSC00059

Après « Roman d’espoir« , « la Tempête » constitue le deuxième des trois volets de « L’Œuvre d’une vie » : « Roman d’espoir » s’inscrit au présent, dans les temps actuels, aujourd’hui ; « la Tempête« , en revanche, se décline au passé, dans les temps anciens, révolus, sur une période comprise entre les années qui précèdent la Révolution française, sous l’Ancien régime, et celles qui succèdent à l’Empire, pendant la Restauration ; quant au troisième volet, « l’Oeuvre d’une vie« , il s’intéressera au futur, une sorte de roman d’anticipation.

Par oeuvre d’une vie, il faut bien comprendre qu’il s’agit d’un titre global provisoire,  car il est encore bien prématuré pour parler de l’oeuvre d’une vie alors que celle-ci est loin d’être aboutie. En fait, le titre actuel serait plutôt « Le projet OCCGIC », un acronyme un peu mystérieux, qui s’est révélé de lui-même voilà bientôt dix ans.

Ayant toujours eu une très grande admiration pour Honoré de Balzac, amoureux de la belle Touraine, passant souvent devant le château de Saché où il séjourna régulièrement, appréciant aussi » les Mystères de Paris », l’œuvre romanesque d’Eugène Sue, qui demeure trop méconnue, j’ai toujours rêvé de publier en feuilleton quelques travaux littéraires, un roman de préférence. L’évolution des techniques numériques aidant, je me suis d’autant plus décidé à le faire, que les contraintes de publication correspondent aux objectifs d’écriture que je me suis fixés pour « la  Tempête », en terminer d’ici trois ans, en juin 2018, pour être précis.

Alors que « Roman d’espoir » est constitué de 12 livres +6, décomposés en 366 chapitres, « la Tempête » comporte 6 livres structurés en 144 chapitres ayant pour modèle le jeu de Mah-Jong, qui comporte 144 « tuiles » ou le zodiaque aux 144 « maisons », tuiles et maisons s’emboîtant en des « correspondances secrètes ».

Cet objectif de publication en feuilleton est aussi destiné à bousculer ma nonchalance naturelle en matière littéraire qui me conduit à préférer la balancelle dans un jardin d’hiver ou me retrouver sous une tonnelle l’été. Je n’appartiens pas à cette étrange corporation qui attache  de l’importance à l’écriture et qui considère que « le métier d’écrivain » soit une activité de premier ordre. Seule compte l’œuvre qui devient autonome dès lors que la rédaction la fait progressivement surgir du néant. C’est en cela qu’être feuilletoniste est intéressant. L’oeuvre prend forme instantanément par la seule publication régulière des textes au fur et à mesure de l’écriture.

Et pour tout vous dire, si à ce jour, je dispose d’une minuscule réserve de quelques chapitres qui ne dépasse pas la dizaine, la perspective d’écrire ainsi pendant trois ans pour publier chaque semaine ou presque un chapitre, m’enchante, enfin c’est beaucoup dire.

Pour revenir à Balzac, celui-ci a écrit : « à Saché, je suis libre et heureux comme un moine dans son monastère… Le ciel est si pur, les chênes si beaux, le calme si vaste ! ».Pour ma part, j’écris en un lieu où le ciel n’est pas pur, où je n’aperçois aucun chêne et où le calme est régulièrement interrompu par les sirènes stridentes de pompiers qui ont leurs légitimes obligations d’urgence.

Mais nous avons en commun le fait que Balzac écrivit en ce lieu un magnifique roman d’amour, « le Lys dans la vallée« , après que de mon côté j’eusse tenté d’écrire dans Roman d’espoir ce qui n’est qu’un improbable roman d’amour contrarié, tout au long de deux mille pages ; et La Tempête » est, de son côté, une longue histoire d’amour impossible, à l’image de la France qui depuis plus de deux siècles étreint la liberté avec forces embrassades fraternelles pour mieux l’étouffer au nom de l’égalité.

Et c’est ainsi que nous pouvons avancer. En avant, marche !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s