Livre 1 : résumé

 23531_1097746580849_2076455_n

Les six livres de la Tempête

La tempête est constitué de trois parties, Matin, Midi et Soir composées de deux livres par parties, soit au total six livres dont le modèle est issu de Roman d’espoir (voir plan et structure).

Une phrase de Louis-Ferdinand Céline écrite dans une lettre adressée à Erika Irrgang, ouvre l’ensemble de l’ouvrage : Mais vous savez, la littérature c’est de la mort. Ce qui retient en vie, c’est seulement l’affection des êtres et des choses. tout le reste n’est rien.

L’exergue de la Tempête, pour l’ensemble des livres, est le premier paragraphe du roman fleuve Astrée, publié en 1607 par messire d’Urfé. Il signale dans le paysage servant de cadre au roman, les monts de Cervières, ce dernier lieu étant aussi le nom de l’auteur virtuel.

Ière partie : MATIN

La première partie de la Tempête s’appelle Matin, en référence à un paysage romain peint par Théodore Géricault. Matin regroupe deux livres : Pourpre impériale et Vert Véronèse. Ces deux livres constitués de 63 chapitres sont fondés sur une partie du jeu de l’oie qui comporte 63 cases plus la case d’arrivée qui est l’épilogue de la première partie, soit au total 64 chapitres effectifs, identiques au nombre de cases du jeu d’échecs qui a été employé dans la première partie de Roman d’espoir, le Maître de la moisson.

L’exergue de Matin reprend un vers d’Ossip Mandelstam, l’une des innombrables victimes de la terreur rouge, sous Staline. Ce vers est extrait de Tristia, un poème qui donne son nom à l’un des recueils les plus célèbres du poète russe.  Ce vers résume bien le cadre historique de la Tempête qui se déroule entre les débuts de la Révolution française et les premières années de la Restauration : et sur de noirs brancards gît le soleil d’hiver (en l’occurrence celui de la bataille d’Austerlitz, intervenue le 2 décembre 1805)

Pourpre impériale

Il s’agit du premier des six livres de La Tempête.

Ce livre 1 est constitué de cinq titres composé chacun de sept chapitres, soit au total 35 chapitres sur les 144 chapitres de Pourpre impériale dont la structure est équivalente à celle du jeu de Mah-Jong (144 tuiles) ou du zodiaque (144 maisons).

L’exergue du livre premier est un poème composé par André Marie de Chenier, dans les jours précédant son envoi à l’échafaud lors de la terreur révolutionnaire, deux jours hélas avant Thermidor.

Jadis si je me souviens bien

Le titre premier, intitulé Jadis si me souviens bien, est une référence à Une saison en enfer de Rimbaud. Ce recueil de poésie est divisé en neuf parties qui structurent les neuf titres des deux premiers livres de la Tempête, Pourpre impériale et Vert Véronèse.

Les sept chapitres du titre 1er ont un lien direct avec les sept béatitudes mentionnées dans l’Apocalypse de Saint Jean, qui servent d’exergue à chacun des sept chapitres.

Chapitre 1 : le lecteur

Le procureur du Roi à Montbrison, alors chef-lieu de la Loire,  doit boucler une enquête qui lui a été confiée en urgence. Au petit matin, il se prépare à interroger une dernière fois, une prisonnière.

[Il est à noter que ce premier chapitre reprend à l’identique en ses débuts le premier chapitre de Roman d’espoir, livre 1, I Rouge : ce choix littéraire marque une volonté de l’auteur virtuel de signifier aux éventuels lecteurs qu’à deux siècles de distance, rien n’a véritablement changé en maztière de « condition humaine », nous sommes tous destinés à vivre plus ou moins longtemps, plus ou moins bien et à mourir assurément sûrement. Autrement dit, cessons de faire le mariole]

Chapitre 2 : les morts

Le procureur se souvient du premier jour de l’enquête qui l’a mené dans une petite ville fortifiée, Cervières, près du bourg de Noirétable où il s’arrête pour la nuit. Là, il rencontre un castillan, marchand itinérant.

Chapitre 3 : le veilleur

Le procureur se rend sous la neige à Cervières pour procéder à l’arrestation d’un « brigand » qui lui a été demandé d’appréhender séance tenante. Là, il trouve une femme auprès de qui il cherche à obtenirdes informations.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s