Le génocide arménien

Genocide Museum | The Armenian Genocide Museum-institute

La destruction du peuple arménien par l’empire Ottoman est intervenue entre 1894 et 1922, en trois vagues principales, dont la plus forte toucha les provinces d’Arménie occidentale en 1915, pendant la Grande guerre 14-18 au cours de laquelle les Ottomans étaient alliés à  l’empire allemand du Kayser Guillaume II.  Tous ces événements ont eu lieu sous le régime dit des Jeunes-Turcs alors que le sultan ottoman était au pouvoir et que le monde était en proie à une tourmente guerrière qui offrit la possibilité au gouvernement turc de traiter la question arménienne de la façon la plus brutale possible. Tout au long du XIXème siècle, les Turcs n’avaient cessé de perdre pied en Europe, devant renoncer à la Grèce asservie depuis quatre siècles, puis à la Roumanie et la Bulgarie. Les Jeunes-Turcs arrivés au pouvoir, s’appuyant sur un nationalisme exacerbé par les défaites successives, envisagèrent alors de s’étendre vers l’Est pour constituer un grand empire pan-Turc s’étendant aux peuples Azéris et Turkmènes.

Quel Problème ? En plein milieu de la future Grande Turquie, se trouvait le peuple arménien qui plus est Chrétien, partagé entre l’Arménie occidentale sous contrôle ottoman et l’Arménie orientale sous domination russe depuis les conquêtes coloniales dans le Caucase menées par les Tsars successifs au début du dix neuvième siècle.

Quelle Solution ? Eradiquer les Arméniens en commençant par l’Arménie occidentale et transformer les provinces nettoyées en zone de peuplement turc en effaçant toutes les traces de la présence antérieure des Arméniens.

Quel Résultat ? La destruction totale de l’Arménie occidentale pendant la première guerre mondiale, avec parfois l’aide d’officiers allemands qui crurent utiles de prêter main forte, comme s’ils pressentaient à l’échelle de l’Europe le grand nettoyage futur organisé par Hitler.

The German and Turkish officers posing to take photographs with skulls of the Armenian victims

Officiers turcs et officiers allemands posant devant des crânes de victimes arméniennes

Car c’est en Arménie que tout a commencé en matière d’organisation et de planification des meurtres de masse, de destructions entières de population, bien avant que les nazis et les communistes ne prennent le relais, tout un siècle d’exterminations successives jusqu’au Rwanda en 1ç94, et désormais en Syrie et en Irak où de nouveaux assassins ont pris le relais pour perpétuer le règne immuable de la terreur. Et, à chaque fois,  toujours les mêmes méthodes dans les grandes lignes, mises au point en Arménie qui servit de laboratoire expérimental de l’horreur : séparation des hommes valides des femmes, des enfants et des vieillards ; assassinat systématiquement sur place des hommes, destruction des villages et des quartiers chrétiens dans les bourgs et les villes, déportation de la population affamée et assoiffée en organisant une marche à travers le désert en direction d’Alep pour que personne ne revienne.

1915 NEVER AGAIN - THE ARMENIAN GENOCIDE

Tableau de chasse ottoman en Arménie occidentale, crime contre l’humanité de 1915

Voilà pour simplifier ce que fut le génocide arménien. Avec une variante locale ! La conversion systématique des femmes à l’Islam et leur asservissement, vendues à des harems ou tout simplement mariée de force.

The haunting portrait of an Armenia woman with tattoos on her face, indicates that she was ‘owned’ by someone as a forced wife and sex-slave during the years of the Armenian Genocide. "Grandma’s Tattoos" unveils the story of the Armenian women driven out of Ottoman Turkey during the First World War-Armenian Genocide.

Femme arménienne réduite à l’esclavage. Ses tatouages sur le visage indiquent qu’est elle est soumise à un propriétaire ou contrainte à la prostitution.

Pour paraphraser Aragon, en Turquie la femme a toujours été l’avenir de l’homme.

Recognize the Armenian Genocide

A ce jour, la Turquie n’a toujours pas reconnu les actes qui ont conduit à ce que la population chrétienne qui représentait 30% de  la population totale de la Turquie dans ses frontières actuelles, n’en constitue plus que moins de 1%. Dans la logique de l’actuel gouvernement turc, si l’on comprend bien, personne ne sait où sont passés les deux millions et demi d’Arméniens qui vivaient en Turquie, dont pourtant un million cinq cent mille ont été massacrés et un million le  chemin de l’exil.

Mais de la part d’un pays dont le président ne reconnaît pas que la femme est l’égale de l’homme mais qu’elle est seulement complémentaire, il n’ y a rien de surprenant. Si nous n’avons rien à attendre de la Turquie dans la reconnaissance du génocide, au moins soyons déterminés à faire de même et à les ignorer dans la vie de tous les jours. Rendons leur la monnaie de  leurs crimes. Nous démocrates qui aimons la liberté, n’avons rien à faire en Turquie, ni commerce, ni tourisme, ni finance, ni industrie. Il faut frapper au portefeuille, avec les pays qui méprisent la vie, la liberté, et qui n’ont aucun respect des droits de l’homme et surtout de la femme. Le monde est assez vaste pour les ignorer même si les plages, les paysages, les ruines grecques et l’ancienne basilique Sainte Sophie sont certainement plaisantes à visiter. Commençons par le commencement, et ignorons ceux qui bafouent les droits des femmes, les droits de l’homme et l’histoire. Il n’y a là rien d’agressif. C’est juste une question de méthode et de logique. Il faut changer d’approche avec « les asservisseurs », leur compliquer personnellement la vie, leur rendre impossible les déplacements de loisirs et de menus plaisirs : finis les parfums et l’épicerie fine, adieu palaces, yachts, jet set et jet ski. Ce n’est pas le lieu. Mais, nous y reviendrons.

Mais pour le moment, au nom de l’histoire voici quelques éléments de ce que fut le génocide arménien. Les documents et photographies se suffisent à elles-mêmes. Tout au long de l’année, nous reviendrons sur le génocide arménien mais aussi sur l’Arménie où l’auteur virtuel a voyagé. Il est revenu avec plus de souvenirs dans ses tiroirs que s’il avait mille ans.

1) Exemple de destruction dans une ville des quartiers arméniens : Adana en 1909

File:The City of Adana.svg

2) Exécution d’intellectuels arméniens à Constantinople en 1915

Execution of Armenians in the Constantinople, June 1915

3) Enfant sur le chemin des la déportation dans le désert de la Syrie

Naregatsi Art Institute is implementing a unique project for the first time in Armenian history entitled "Along the Trails of the Armenian Orphans" in collaboration with the U.S. Embassy in Armenia, the U.S. Near East Foundation, and Gyumri's Terchoonian Home Orphanage. The rare collection of the Near East Relief photographs from the Rockefeller Archive Center of New York, taken during and after the Armenian Genocide, is to be showcased in a debut exhibition.

4) Arméniens déportés dormant dans la rue, sans nourriture

Armenian deportees sleeping in the street, 1915 from the armenian genocide

5) Famille turque passant, au milieu d’une ville, devant des enfants arméniens mourant ou morts de faim.

Turk passers-by ignore starving Armenian orphans along the deportation road, 1915 (Censored).

6) Squelettes d’Arméniens victimes du génocide, découverts dans une fosse commune

At first glance, one would think this was a photo of the Holicost.  Think again. It's of the Armenian Genocide - Armenocide from WWI.

7) Orphelins arméniens abandonnés dans le désert Syrien après les déportations et les assassinats perpétrés par le gouvernement ottoman en 1915

Armenian Genocide- never forget

8) Assassinats de masse d’Arméniens par des supplétifs de l’armée ottomane qui engagea des Kurdes, des Tchétchènes et autres peuples circassiens pour « les basses besognes »

Armenian Genocide -

9) Maria Jacobsen, missionnaire danoise. Témoin des assassinats perpétrés par les Turcs, elle vint en aide à des milliers d’orphelins arméniens abandonnés sur les routes, de 1915 jusqu’en 1922. Témoignant aux Etats-Unis à la suite de la parution de « Journal d’une missionnaire danoise », elle leva des fonds pour ouvrir un orphelinat à Beyrouth, ayant été interdite de territoire en Turquie. L’orphelinat appelé Bird’s nest accueillit 208 enfants. Elle est décédée en 1960, honorée en Arménie et au Danemark, détestée en Turquie pour avoir témoigné de tous les crimes qu’elle a vus de ses propres yeux en Arménie occidentale, plus particulièrement en 1915 :

Each day new groups of children stood in front of my door asking for help, but what more could I do? I had nothing more to give them. One day a 13 year old boy stood out among a starved group of children that came to me. His belly was not swollen up with hunger as others so I told him; there are many in worse condition than you who need help. Yours is the least serious, that’s why I am sorry, I can not take you in. The same evening when I came to our kitchen’s fireplace, my eyes caught a child lying crumpled on the warm ashes. It was the boy I sent away the previous day. He had died of hunger. That day I thought I would never be able to smile again. Each day we found ten to fifteen children that had died of famine

 MariaJacobsen.jpg

10) Convois de déportés arméniens en 1915. Déjà les wagons de bestiaux !

Picture of the deportation of Armenians. The German director of the railroads referred to these transports as "the bearers of culture." Ten cars carried an average of 880 people.

11) Marche de la mort de déportés arméniens dans le désert syrien pour se rendre à Alep. Les escortes sont principalement composés de Kurdes et Tchétchènes qui avaient ordre d’exécuter les retardataires et les affaiblis. Ceux qui survécurent s’installèrent en Syrie, à Beyrouth, ou encore à Jérusalem ou prirent le chemin de l’exil vers l’Europe, notamment Marseille qui constitua la porte d’entrée et les USA ou l’Australie. La diaspora arménienne est forte de 2 à 3 millions de personnes, hors la Russie.

Armenian Genocide Death March. Armenia become the first official Christian state in AD 301 when king Tiridates III made Christianity the state religion.

12) Croix arménienne, symbolisant l’arbre de Vie, portant aux extrémités des racines remontant vers le ciel

khachkar