Vladimir le magnifique, champion du mensonge déconcertant

Afficher l'image d'origine

En Russie, rien ne se fait sans l’accord de principe de l’actuel « Patron » du pays, Vladimir Poutine, lointain successeur de l’authentique « Patron » qui a façonné pendant près de trente ans les traditions mensongères et criminelles de la défunte Union soviétique, Joseph Staline, qui veut dire acier, auparavant appelé Koba, nom d’un héros national géorgien, ou encore l’homme de fer, aussi appelé le génial père des peuples.

g:

Mais à l’heure de la mondialisation et de l’internet, il y a quelque chose de pathétique dans la Russie qui se prétend toujours une grande puissance à égalité avec les Etats-Unis et la Chine alors même que l’espérance de vie de sa population s’est effondrée, étant aujourd’hui dépassée dans ce domaine par de nombreux pays africains et asiatiques à la recherche d’un véritable développement pour leur pays.

Top 29 des photos de Vladimir Poutine, un gars qui sait occuper ses weekends:

Si la vodka pouvait être pour les Russes une potion magique comme la cervoise en son temps pour les irréductibles Gaulois, il n’y aurait pas pour les fédérations sportives russes l’obligation de tricher en permanence pour gagner des médailles dans tous les sports et plaire au maître du Kremlin qui, il est vrai, est le plus grand sportif mondial de tous les temps, à la fois Achille et Hercule sur le stade quand il n’est pas le dieu de la guerre Mars quand il s’agit de bombarder en Tchétchénie, en Ukraine ou désormais en Syrie.

Poutine, l'aventurier russe | Slate:

Mais il est plus facile de faire la guerre que de gagner des compétitions pacifiques dans les stades. C’est pourquoi l’organisation criminelle du dopage en Russie sous l’égide des services de renseignements chargés d’inciter, de soudoyer et compromettre, n’a rien de surprenant. La Russie retrouve tous les réflexes de la période soviétique, adaptés à la mondialisation.

Afficher l'image d'origine

La tricherie collective, le chantage, la corruption active et l’extorsion de fonds ont toujours constitué le fonds de commerce  du système communiste dans le domaine sportif comme dans tous les autres domaines de la vie, suivant en cela les mécanismes du « mensonge déconcertant » pour reprendre l’expression du titre du livre d’Ante Ciliga, « Dix ans au pays du mensonge déconcertant », dont la première partie, publiée en 1938, s’intitulait : « dix ans au pays du grand mensonge ». En 1950, il ajouta une seconde partie consacrée à la Sibérie et son industrialisation forcée, par le recours à la main d’œuvre de millions de détenus rattachés à un système concentrationnaire qui prendra la dénomination d’archipel du Goulag.

vladimir poutine | Tumblr:

Voici comment le site Babelio résume le livre : En 1936, après trois ans de prison et deux ans et demi d’’exil en Sibérie, Ante Ciliga est à Paris où il écrit la première partie de son livre, Au pays du grand mensonge, publié en 1938, auquel fait suite une deuxième partie, Sibérie, terre de l’’exil et de l’’industrialisation, achevée en 1941 et publiée en 1950. Dix ans au pays du mensonge déconcertant réunit en un seul volume ces deux ouvrages parus à douze ans d’’intervalle qui relatent dans leur suite chronologique l’’expérience des dix années – de 1926 à 1936 – vécues par l’’auteur en U.R.S.S. Ce témoignage d’’un révolutionnaire relate conjointement la résistance opiniâtre du prolétariat russe et la lutte obstinée pour la vérité d’un homme confronté à la bureaucratie stalinienne. Ciliga, emprisonné puis exilé pour n’’avoir pas cédé aux injonctions de la bureaucratie, y dresse un tableau de la vie et de l’’activité carcérales et d’’exil et révèle son effroyable réalité : « La prison est devenue le seul endroit en Russie soviétique où les gens s’’expriment de façon sincère et ouverte ». En prison, cet ex-dirigeant communiste démonte avec une grande lucidité les vaines querelles des opposants intellectuels à propos de « l’’État ouvrier » et tranche : « Le trotskysme est une opposition dont le but est d’’améliorer le système bureaucratique et non de le détruire.… Trotsky est au fond le théoricien d’un régime dont Staline est le réalisateur. » Mais Ante Ciliga ne s’’arrête pas là et en vient à critiquer le léninisme. Il conclut : « La légende de Lénine est un mensonge qui sert à couvrir les crimes de la bureaucratie.»
Today Is Putin's Birthday And In Russia There Was Much Rejoicing:

Pour l’analyse de ce mensonge déconcertant dans la Russie du XXème siècle, on consultera utilement le livre de Jean-Philippe Jaccard publié en 2003 aux éditions l’Harmattan.

Sotchi : Vladimir le Magnifique | Valeurs actuelles:

Car aujourd’hui, dans la Russie post-stalinienne et post-soviétique, rien n’a véritablement changé. Le système n’est peut-être plus marxiste-léniniste-staliniste, remplacé par un national-libéral-impérialisme. Peu importe sur le fond, car les racines du mal russe sont à rechercher dans des mécanismes nationaux autrement plus lointains qui cultivent à la fois  des principes  de soumission religieuse qui sont au cœur de l’orthodoxie russe, et développent le culte impérial de la personnalité qui conduit à ce que toute personne insoumise à l’image même du Tsar incarnant le pouvoir absolu  est considérée comme un provocateur, un rebelle et à  la fin un traître devant être éliminé de la société.

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine poutine-formule-1

Jouant au hockey, dans un bobsleigh ou au volant d’une Formule 1, l’essentiel est que les caméras soient là pour immortaliser les succès de Vladimir le Magnifique 

Ce mensonge déconcertant se retrouve historiquement dans les fameux « villages Potemkine », ces palissades de bois érigées  sur le passage de  la Tsarine Catherine II pour lui faire croire que le peuple  russe vivait heureux dans les campagnes, dissimulant la véritable misère et la famine dans lesquelles le peuple russe vivait réellement de toute éternité. Ce « mensonge russe »  a été autrefois dénoncé par Custine et il reste d’actualité quand il s’agit pour le gouvernement moscovite de présenter une Russie unie, patriote et heureuse alors que dans la réalité elle sombre dans la vodka, subissant une oppression collective placée sous le contrôle mafieux pour tous les  aspects de la vie en société, les mafias ayant remplacé  l’ancien parti communiste qui s’est disloqué en 1991.

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine  Afficher l'image d'origine  Afficher l'image d'origine

Vladimir le magnifique, champion du monde de kayak, de bowling, de boxe, de pêche et de tir à l’arbalète : l’essentiel n’est pas de participer mais bien de vaincre par tous les moyens. 

Le comportement de la Russie en matière sportive  est symbolique des dérives d’un régime qui a loupé le tournant de la démocratie après l’effondrement du système soviétique. On dépense des milliards de dollars pour organiser des Jeux olympiques d’hiver dont la moitié est destinée à alimenter le système mafieux des oligarques ; on achète des votes à la FIFA pour organiser la coupe du monde en Russie en 2018, les virements pour les dirigeants et les arbitres étant  probablement déjà faits pour faciliter la future victoire de l’équipe nationale ; on organise une tricherie généralisée pour  gagner des médailles en athlétisme : rien n’est trop beau pour satisfaire le maître du Kremlin pour qui le culte de la personnalité atteint des sommets charnels lorsqu’il s’agit aussi de vouer à son corps un culte onirique quelque peu surréaliste ou plutôt dadaïste ou expressionniste tant celui-ci est grotesque.

Top 29 des photos de Vladimir Poutine, un gars qui sait occuper ses weekends:

Vladimir le magnifique, champion d’apnée, lors de son record mondial

Car, à défaut d’être champion dans toutes les disciplines olympiques, Vladimir le magnifique a retrouvé le titre perdu de champion olympique du grand mensonge,  que ses illustres prédécesseurs  Staline et Brejnev ont longtemps détenu. Ce serait pitoyable si ce déni de réalité quelque peu comique ne suscitait autant de misère et de violence à l’intérieur de la Russie et dans les affaires internationales.  Il est encore temps que les dirigeants russes retrouvent le sens de la réalité, car autant la Russie a besoin du monde autant le monde entier a besoin d’une Russie sereine, pacifique et ouverte au dialogue.

Vladimir Poutine a rencontrer son homme..son ours! - Fun:

   Vladimir le magnifique, champion olympique de papillon en eaux vives

Oublions un instant la Russie éternelle pour nous pencher sur le cas de Vladimir l’éphémère. Il y quelque chose en lui non pas de Tennessee mais de Jean-Paul Belmondo dans l’Incorrigible ou plutôt le Magnifique, il y a quelque chose en lui d’un grand acteur formidable qui a usé toutes les cordes à son arc, devenu pathétique à force de toujours le même rôle athlétique.

Toute la question est de savoir ce qu’il pourrait désormais faire. Et bien, la réponse est simple, s’en aller, aller en Auvergne peut-être, du côté de Cervières, on trouvera bien à le loger pour les bienfaits de l’humanité.

Car, reconnaissez-le,  il y a bien du Bébel dans Vladimir. C’est stupéfiant et inquiétant à la fois : tout le monde se pose la même question que  Jacqueline Bisset dans la scène du panari !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.