Pour quoi sont-ils morts ? (2/2)

 La Garde nationale de Paris part pour l'armée. Septembre 1792.

La fatalité n’existe pas, elle n’est de notre monde que pour ceux qui s’en complaisent. Or, s’agissant des massacres du 13 novembre 2015, de ce que nous savons à ce jour, c’est à dire peu ou prou rien, tout semble indiquer que l’Etat n’était pas prêt à faire face à un scénario décrit depuis longtemps par tous les spécialistes de l’antiterrorisme comme vraisemblable, ce qui conduit logiquement à ce que tout le pays en vienne à une seule et unique conclusion : si l’organisation actuelle de l’Etat ne peut assurer la défense du pays menacé par de nouvelles vagues terroristes, il faut alors tout changer pour que nous demeurions libres et en paix, et que nous organisions différemment les services de l’Etat, ses priorités, ses moyens, son budget, et qu’il soit fait appel à la mobilisation de toutes les ressources humaines et matérielles possibles, ce que nous pourrions appeler un changement de « logiciel » en provoquant un nouveau soulèvement de la Nation en armes (en couverture, le départ de la Garde nationale de Paris pour l’armée, septembre 1792, par Léon Cogniet.)

Brevet de volontaire de la garde nationale.

Brevet de volontaire de la garde nationale

Qu’est-ce que la Nation en armes? C’est retrouver l’esprit de la patrie en danger, lorsque le 11 juillet 1792, face aux défaites militaires et aux menaces d’invasion, L’Assemblée législative déclara la levée en masse de volontaires parmi la garde nationale, 50.000 hommes d’abord puis 30.000, le 26 août après la capitulation de Longwy devant les Prussiens, pour une population d’alors trente millions d’habitants. cette levée comme l’observera plus tard Clausewitz présenta un aspect révolutionnaire dans la conduite de la guerre, la conscription se substituant aux armées professionnelles de l’Ancien régime.

La Patrie en danger.

La Patrie en danger, par Lethière, 1799

Dans cette optique, à la différence des attaques de janvier qui étaient des attentats ciblés, il faut considérer les massacres du 13 novembre 2015, comme ce qu’ils sont, une défaite militaire sans précédent depuis 1945, défaite du renseignement, défaite de l’intelligence face à un ennemi plus mobile, agile et cruel, comme si nous avions tout oublié de ce que sont les guerres modernes qui tuent autant si ce n’est plus de civils que de militaires.

Le conscrit Camille.

Le conscrit Camille, par Camille, 1871

Cela ne sert à rien de brandir des drapeaux et de chanter la Marseillaise si nous regardons en spectateurs nos femmes et nos enfants se laisser égorger pour recouvrir leur cercueil d’un étendard tricolore en oripeaux tant nous aurons pleuré.

Motion de M. le marquis de La Fayete relativement à la Déclaration des droits de l'homme

Motion de M. le marquis de la Fayette relativement à la Déclaration des droits de l’Homme, 11 juillet 1789, premier projet déposé à l’Assemblée constituante

Cela ne sert à rien d’invoquer la fatalité si nous laissons cette fatalité obscurcir notre vision en se contentant de voter d’urgence des budgets bureaucratiques de sécurité en hausse, tout en sachant dans le même temps que ces augmentations ne résoudront en rien les défaillances béantes du renseignement sur le terrain, qui laissent des imams fous autoproclamés appeler au djihad où s’en prendre à la musique qui est au coeur de notre civilisation démocratique, en ce que personne ne vous interdit d’écouter la musique qui vous plaît, que ce soit celle des bardes celtiques, des barbes hirsutes et fleuries du Love and Peace ou des barbares du métal hurlant. La harpe, le violon ou la guitare sont nos instrument de paix qui rapprochent les peuples et nous délassent de nos vies abrutissantes, ne nous laissons pas dicter la conduite de nos enfants en ce domaine par des fanatiques pervers venus d’outre-millénaire, qui n’ont aucune autorité à juger notre histoire, notre société ou notre mode de vie.

Châssis figuratif du territoire de la France partagé en divisions égales entre elles…

Châssis figuratif de la France divisée en partie égales entre elles, 1789, qui deviendront les départements

Cela ne sert à rien de bombarder en Syrie ou en Irak si nous laissons cet ennemi identifié propager sa propagande de haine dans les esprits faibles et ignorants à l’intérieur du pays pour les transformer par étapes successives en machines de guerre impitoyables. Il nous faut endurcir nos coeurs et leur mener la vie dure, une vie aussi rude qu’impitoyable si nous nous voulons préserver la vie de nos enfants et sauvegarder la paix en Europe.

Mirabeau devant Dreux-Brézé (23 juin 1789).

Mirabeau devant Dreux-Brézé, 23 juin 1789, par Eugène Delacroix

Il ne suffit pas de savoir pourquoi ceux qui sont morts ou qui ont été blessés le 13 novembre dernier sont morts ou ont été blessés. Nous leur devons respect, tendresse et compassion, une immense tendresse pour les victimes et une compassion éternelle pour leurs proches à qui nous devons aussi vérité et justice. Nous devons aussi leur dire pour quoi ils sont morts ou ont été blessés. La réponse est simple : pour que nous fassions tout notre possible pour que cela ne se renouvelle pas.

La Fédération faite le 14 juillet 1790,… Almanach pour 1791.

Fête de la Fédération, 14 juillet 1790

Ce qui signifie en appeler à cette « Nation en armes, » non pas celles de volontaires de 1792, mais une nouvelle immense armée des ombres similaire à celle de Londres entre 1940 et 1945, pour l’organisation du renseignement, l’identification des cibles ennemies intérieures et leurs mises dans l’impossibilité de nuire pour longtemps, en les pourchassant, en les arrêtant et en les déférant devant les tribunaux pour crimes contre l’humanité quand ils se rendent sur ces terrains de jeux abominables etsanguinolents au Moyen-Orient, complots contre l’Etat ou encore intelligence avec l’ennemi.

La construction d'un grand chemin.

Construction d’un grand chemin, par Joseph Vernet, 1774

Arrêtons de parler la langue de bois, genre « association de malfaiteurs pour l’organisation d’actes terroristes », parlons clairement, il s’agit de terreur, de meurtres de masse et de trahison, arrêtons de faire croire que la responsabilité personnelle n’existe pas, tout individu est libre de ne faire ou ne pas faire, et surtout de tuer ou ne pas tuer, torturer ou ne pas torturer, trahir ou ne pas trahir : le djihad de Daech n’est pas une activité de plein air pour scout en mal de sensation, c’est de la barbarie, l’anéantissement d’êtres humains, l’asservissement des femmes, l’esclavage des minorités et leurs relais en Europe poursuivent les mêmes buts pour des temps futurs qu’il nous appartient de ne jamais connaître.

Femmes en costume

Femmes en costume, par François-Hyppolyte Lalaisse, 1843

C’est pour cela qu’il faut d’urgence établir une liste des pays soumis à un régime de  terreur, où il serait interdit de s’y rendre sans autorisation de sortie préalablement estampillée du préfet de département, sauf à encourir automatiquement une mise en accusation de complot contre l’Etat et trahison. La liste est longue des pays concernés : Syrie, Irak, Yemen, Somalie, Libye, Afghanistan…

Cour de ferme.

Cour de ferme en 1784, par Lepicie

C’est pour cela qu’il faut d’urgence organiser un service national rémunéré et ouvrant droit à pension, d’une année obligatoire et deux ou trois ans facultatifs pour les volontaires de moins de 25 ans afin de constituer une garde territoriale répartie sur tout le territoire  et destiné à assurer la protection des administrations publiques, des lieux de culte de toutes confessions, des musées, des places de marché, des fêtes et manifestations, un service national égalitaire entre femmes et hommes, qui viendrait en appui à l’armée, aux forces de sécurité, gendarmerie, douane et police, à la protection civile, pompiers et services de santé, sans oublier la constitution de bataillons spécialisés de spécialistes informatiques pour la surveillance en profondeur et la destruction de l’internet djihadiste, le contrôle aux frontières y compris la « jungle de Calais », le renforcement massif des services de renseignement ou la mise à disposition d’effectifs éducatifs supplémentaires dans les collèges et lycées, avec parallèlement le développement d’un service militaire adapté pour les réfractaires au « vivre ensemble » sans oublier de traquer les bandes qui pout les quartiers depuis bien trop longtemps.

Le gâteau des rois.

Le gâteau des rois, 1774, par Jean-Baptiste Greuze

Le financement de ce service national serait assuré par le redeploiement massif des crédits pour l’emploi ou la formation, dont nombre d’entre eux sont d’une efficacité relative si on en juge les résultats catastrophiques de l’emploi depuis des années, inversement proportionnels aux crédits affectés dans ces domaines.

Carte géométrique de Bretagne... portant les limites des futurs départements

Division de la Bretagne en 5 départements et 45 districts en 1790, un projet qui reprend la carte d’origine dédiée en 1771 au duc de Duras, exemple même d’un héritage de l’Ancien régime repris pour l’avenir, loin des délires actuels de réforme territoriale bricolée sans aucun respect de l’histoire, de la géographie, de la géologie et des bassins hydrographiques, un désolant mépris pour les citoyens qui suscite mécontentement et méfiance envers  le monde politique

Peu importe si ces observations et propositions sont brutalement exprimées, elles ont le mérite d’exister ; et puis faire dans la dentelle remonte à une époque où la guerre justement se faisait en dentelle. Ce n’est plus le cas depuis longtemps. Nous sommes embarqués pour de nombreuses années dans un conflit qui nous est imposé, que nous n’avons pas recherché, qui est le fait par d’ennemis de l’extérieur capables de retourner à l’intérieur même du pays des nationaux qui deviennent ainsi des ennemis de l’intérieur.

L'Appel.

L’appel par André Devambez, 1907

Au Bataclan, l’un d’entre eux était originaire de Strasbourg, parti avec une dizaine d’autres faire le Djihad. Lui n’est pas mort en Syrie, a réussi à revenir en passant à travers les mailles du filet du renseignement, avec le résultat que l’on connaît. Il n’est plus temps de tergiverser si nous voulons sauver la France du désastre, éviter la guerre civile et sauver nos traditions, quand ces traditions existent encore! Ne nous laissons pas déborder par ces salopards, soyons impitoyables, écrasons l’infâme!

Une noce en Basse-Normandie. La belle-mère apporte le trousseau de la mariée.

Noce en Basse-Normandie, la belle-mère apporte le trousseau de la mariée

Il serait surtout temps que la France se tourne vers ceux des hommes politiques plus préoccupés de rassembler que de diviser, maîtres de leurs nerfs, décidés et travailleurs. Ils sont peu nombreux mais il en existe! Et ils savent que si nous voulons tout sauvegarder de ce qui fait la beauté de notre monde, de notre art de vivre, du bonheur que nous avons de veiller et protéger ceux que nous aimons, ils nous faut vraiment tout changer, dans la joie et la bonne humeur! Car l’identité de la France est celle d’un pays heureux, n’en déplaise aux semeurs de troubles et porteurs de peurs.

Alexis-Charles-Henri Cléral de Tocqueville.

Portrait d’Alexis-Charles-Henri Cléral de Tocqueville, historien, homme politique et visionnaire, par Théodore Chasseriau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s