Ai, Halage impossible du bois d’Almuggim

Mise à jour le 10 mai 2021

DSC_0672
L’oeuvre de Cervières débitée en billes de bois

La publication en circonstances numériques de travaux littéraires ressemble au halage de billes de bois :

Comme je descendais des Fleuves impassibles,

Je ne me sentis plus guidé par les haleurs

Arthur Rimbaud, Le Bateau ivre, Poésies

Les billes de bois rassemblées dans les Lettres d’ivoire sont du bois d’Algummin, apportées par la reine de Saba au roi Salomon dans le Premier livre des rois de la Bible. En voici la pesée telle qu’elle ressort de la théorie des jeux développée par Cervières, ayant aboutit à la résolution de l’une des énigmes alors posées par la reine au roi.

La pesée du bois d’Algummim

Voyage aux sources du monde (appelé autrefois le Cycle des lettres d’ivoire)

  • Jeu d’échecs :64+# pièces (MM achevé; à publier)
  • Jeu de tarot : 78 cartes (TSH achevé ; à publier)
  • Yi-King : 64 hexagrammes (MAS pas tout à fait achevé ; à paraître)
  • Jeu de l’oie : 63+# (EPI achevé; à publier)
  • Dominos: 28-4 pièces (AY I, à remettre dans l’ordre des choses;  + /- publié)
  • Jeu de cartes français : 52 cartes + 2 jokers (AY II, à remettre dans l’ordre des choses ; + /- publié)
  • Jeu de dés: 21 points (AY III, à conclure ; à paraître)
  • sous-total = 7 jeux, 366 chapitres, bon à publier en circonstances numériques

Quai des Damnés (titre provisoire)

  • Mah-Jong : 144 tuiles (La Tempête, en cours d’écriture, 12 chapitres à publier)
  • le Zodiaque : 144 facettes ( Mémoires romanesques, en cours d’écriture , 8 à 24 chapitres en cours d’écriture)
  • Les petits chevaux : 12 sauts (Le livre d’heures ; difficile à évaluer)
  • Sous-total : 3 jeux, 300 chapitres +, bon à rédiger en univers numérique  

Soit 7+3 jeux = 10; 366 + 300 chapitres = 666, l‘énigme du nombre de la Bête

Il ne s’agit là que de spéculation ayant conduit à la découverte d’un théorème littéraire permettant de rédiger et publier en toutes circonstances numériques, en prenant appui sur le Sonnet des voyelles de Rimbaud, et les six sens de la tapisserie de la Licorne, à mon seul désir, visible au musée du moyen-âge à Cluny.

« J’ai vu le soleil bas tâché d’horreurs mystiques »,
Arthur Rimbaud, Le Bateau ivre