Les six âges de la vie humaine

Caravaggio 1600

Dans un précédent article consacré aux Six âges du monde, il a été vu comment Saint Augustin, reprenant la doctrine classique du judaïsme issue des Psaumes qui veut que le monde doit durer six mille ans, a développé l’analogie entre les jours de la création du monde retracée dans la Genèse de la bible et l’histoire universelle. Sa conception du monde le conduit encore à observer que les six âges de l’histoire ont une correspondance avec les âges de la vie de l’homme (portrait de saint Augustin ci-dessus par Caravage).  Cette comparaison est plus particulièrement développée dans De Genesi contra manicheos, I XXIII, 35-41, dont on peut dresser le tableau synoptique suivant :

Les jours de la création (Genèse)

Les âges de la vie humaine

Les âges de l’histoire universelle

1. Création de la lumière

Petite enfance 1er âge : Adam
2. Création du firmament Puberté 2e âge : Noé
3. Séparation terre-eaux Adolescence 3e âge : Abraham
4. Création des étoiles Jeunesse 4e âge : David
5. Création des animaux Maturité 5e âge : Peuple juif
6. Création d’Adam Vieillesse

6e âge : Jésus-Christ

Ces analogies se fondent sur une description du peuple de Dieu comparable à un seul homme dont la vie se déroule depuis Adam jusqu’à la naissance du Christ. Les cinq premiers âges sont une préparation progressive comme les cinq premiers jours de la création du monde : chacun de ces jours s’ouvre par un matin avec une nouvelle initiative de Dieu et s’achève le soir avec une recrudescence des faiblesses humaines, et comme au sixième jour Dieu fait l’homme à son image, au sixième âge le Seigneur est venu pour que l’homme soit reformé à l’image de Dieu.

Sandro Botticelli 1445-1510 | Italy, Saint Augustin dans sa cellule, fresque, inspiré Saint Jérôme van Eyck

Saint Augustin dans sa cellule, par Sandro Botticelli, 1445-1510

Blaise Pascal explicite sa pensée dans le fragment Adam forma futuri : Les six jours pour former l’un, les six âges pour former l’autre. Les six jours que Moïse représente pour la formation d’Adam ne sont que la peinture des six âges pour former Jésus-Christ et l’église. Si Adam n’eût point péché et que Jésus-Christ ne fût point venu il n’y eût eu qu’une seule alliance, qu’un seul âge des hommes et la création eût été représentée comme faite en un seul temps. 

Laissons nous guider par l’évêque africain Saint Augustin, pour approndir cette triple analogie entre la création du monde, la vie humaine et l’histoire universelle, en prenant la traduction de De Gensei contra manicheos, XXIII, 35  (traduction de Tassin) :

Chagall in Mainz - Adam and Eve, via Flickr.

Adam et Eve, vitrail de Marc Chagall

Premier âge. Mais je crois devoir examiner avec plus de soin pourquoi ce repos est affecté au septième jour. Dans toute la suite du texte des divines Écritures je vois comme six âges de travail séparés les uns des autres par des espèces de limites bien marquées, et la promesse du repos dans un septième ; et ces six époques laborieuses ressemblent aux six jours pendant lesquelles ont été faites les œuvres, que l’Écriture attribue au Créateur. En effet les premiers temps où le genre humain commence à jouir de cette lumière, sont comparés justement au premier jour où Dieu l’a faite. Regardons cet âge comme la première enfance de tout ce monde que, dans la proportion de sa grandeur, nous devons envisager à l’instar d’un seul homme ; car tout homme en naissant et en paraissant à la lumière entre par la première enfance dans la carrière de la vie. Cet âge va depuis Adam jusqu’à Noé par dix générations, et le déluge en est comme le soir ; et aussi bien notre première enfance disparaît comme dans le déluge de l’oubli.

Noah's Ark, oil on canvas painting by Edward Hicks, 1846 Philadelphia Museum of Art

Arche de Noé, peinture d’Edward Hicks, 1846, Philadelphie

Second âge. Le second âge du monde, qui est semblable à la seconde enfance de l’homme, a son matin dans les temps de Noé et s’étend jusqu’à Abraham par dix autres générations. Il est comparé avec raison au second jour, où le firmament a été fait pour séparer les eaux, parce que l’arche où était Noé avec sa famille était aussi comme un firmament entre les eaux inférieures qui la soutenaient et les eaux supérieures qui tombaient sur elle. Cet âge ne finit point par un déluge, parce que notre seconde enfance n’est point effacée non plus de notre mémoire par l’oubli. Nous nous souvenons en effet de cette enfance ; mais non de la précédente. Le soir de cet âge est la confusion des langues parmi ceux qui élevaient la tour de Babel ; et le matin de l’âge suivant se lève avec Abraham. Mais, pas plus que le premier, le second âge ne donna connaissance au peuple de Dieu, parce que la seconde enfance n’est pas plus apte que la première à la génération.

Abraham sacrifiant Isaac,  par Le Caravage, 1603, galerie des Offices de Florence

Troisième âge. Le matin donc se fait avec Abraham et alors commence pour le monde un troisième âge semblable à l’adolescence de l’homme. On a raison de le comparer au troisième jour où la terre fut séparée des eaux. En effet la mer représente avec beaucoup de justesse ces nations dont l’erreur inconstante flotte au gré des vaines doctrines de l’idolâtrie comme au souffle de tous les vents, et le peuple de Dieu fut séparé par Abraham des superstitions et des agitations de ces gentils, comme la terre, quand dégagée des eaux, elle apparut aride : il avait soif de la rosée céleste des divins commandements. En adorant le seul vrai Dieu, ce peuple reçut les Écritures et les prophéties, afin de rapporter des fruits utiles comme une terre bien arrosée ; et ce troisième âge put donner un peuple à Dieu, comme le troisième âge de l’homme, c’est-à-dire l’adolescence, peut donner le jour à des enfants. C’est pourquoi Dieu dit à Abraham : « Je t’ai établi le père d’une multitude de nations, je ferai croître ta race à l’infini ; je te rendrai chef de nations, et des rois sortiront de toi. J’établirai mon alliance entre moi et toi, et après toi avec ta race dans la suite de leurs générations ; ce sera une alliance éternelle, et je serai ton Dieu et le Dieu de ta postérité et je te donnerai pour toujours à toi et à ta postérité la terre où tu habites, toute la terre de Chanaan, et je serai leur Dieu. » Ce troisième âge s’étend depuis Abraham jusqu’à David par quatorze générations. Le soir de cet âge est dans les péchés du peuple contre la loi de Dieu, avant le règne de Saül, et il se termine par le désordre et l’impiété de ce méchant roi.

https://i0.wp.com/www.grandspeintres.com/tableaux/rembrandt/high/saul.jpg

David et Saül, peinture de Rembrandt van Rijn (1606-1669) 

Quatrième âge. Avec le règne de David apparaît le matin d’un autre âge. Cet âge est semblable à la jeunesse. C’est en effet la jeunesse qui prime entre tous les âges dont elle est l’ornement et le solide appui. C’est pourquoi on peut le comparer au quatrième jour, où ont été faits les astres au firmament du ciel. Est-il rien qui représente mieux la splendeur de la royauté que le brillant éclat du soleil ? Pour la clarté de la lune elle désigne le peuple obéissant à l’empire du souverain, et la synagogue elle-même : les étoiles représentent les princes de ce peuple et tout ce qui est fondé sur la stabilité du trône comme les astres fixés au firmament. Les péchés des Rois qui ont mérité à la nation juive d’être menée en captivité et réduite à l’esclavage, sont comme le soir de cette époque.

Exil des Juifs à Babylone

Cinquième âge. Les Juifs passent à Babylone ; ils sont traités avec douceur dans leur captivité et trouvent le repos sur la terre étrangère c’est le matin de l’âge suivant qui s’étend jusqu’à l’arrivée de Jésus-Christ Notre-Seigneur. Cet âge est le cinquième, c’est-à-dire le déclin de la jeunesse à la vieillesse, déclin qui n’est pas encore la vieillesse, mais n’est déjà plus la jeunesse. C’est l’âge de l’homme mûr que les Grecs appellent presbutes, car le vieillard chez eux n’est pas appelé presbutes, mais yeros. Et de fait cet âge du monde a été celui où le peuple Juif a vu fléchir et tomber la force de son royaume, de la même manière que pour l’homme la vigueur de la jeunesse disparaît quand il passe à l’âge mûr. C’est avec raison qu’on le compare au cinquième jour, où ont été créés dans les eaux les poissons, et les oiseaux du ciel ; les Juifs ayant dû vivre alors parmi les nations comme au milieu de l’Océan, sans avoir de lieu fixe et assuré non plus que les oiseaux qui volent. Mais il y avait là aussi de grands poissons : à savoir ces hommes illustres qui eurent le pouvoir de rester maîtres des flots de ce monde plutôt que de subir un joug honteux dans cette captivité, la crainte en effet ne put jamais les faire succomber au culte des idoles. Remarquons encore que Dieu bénit en ces termes les êtres vivants tirés des eaux : « Croissez, multipliez-vous, et remplissez les eaux de la mer ; et que les oiseaux se multiplient sur la terre. » C’est ainsi que la nation juive depuis qu’elle fut dispersée au milieu des gentils s’accrut considérablement. Ce qui fait comme le soir de cet âge, c’est la multiplication des péchés parmi les Juifs ; car ils devinrent si aveugles qu’ils ne purent reconnaître le Seigneur Jésus-Christ.

https://i2.wp.com/www.grandspeintres.com/tableaux/rubens/high/mages.jpg

L’Adoration des mages, peinture de Pierre Paul Rubens, 1629

Sixième âge. Le matin se fait à la prédication de l’Évangile par Notre-Seigneur Jésus-Christ, et le cinquième jour ou âge du monde est fini. Alors commence le sixième, où apparaît la vieillesse de l’homme ancien. Car dans cet âge, le royaume temporel des Juifs reçoit un coup si funeste, quand le temple lui-même est ruiné et les sacrifices abolis, que ce malheureux peuple, pour ce qui est de son existence en corps de nation, exhale en quelque sorte le dernier soupir. Alors cependant, comme dans la vieillesse de l’homme ancien, vient l’homme nouveau qui commence à vivre d’une manière spirituelle ; aussi bien, le sixième jour de la Création, il avait été dit : « Que la terre produise les âmes vivantes », etc., tandis que le cinquième jour il avait été dit, non pas que la terre produise les âmes vivantes, etc., mais : « Qu’elle produise des reptiles d’âmes vivantes », parce que les reptiles sont des corps et ils figurent bien le peuple juif qui parmi les nations, comme au milieu d’une vaste mer, était encore esclave de la loi par la circoncision corporelle et les sacrifices : tandis que le nom d’âme vivante désigne l’âme qui aspire déjà aux choses de l’éternité.

Les serpents et les animaux domestiques que produit la terre signifient donc les nations qui vont bientôt croire d’une manière solide à l’évangile, et dont il est dit au moment de la vision montrée à Saint Pierre dans les Actes des Apôtres : « Tue et mange. » Comme l’Apôtre objectait que ces animaux n’étaient point purs, il reçut cette réponse : « N’appelle pas impur ce que Dieu a purifié ». L’homme alors est fait à l’image et à la ressemblance de Dieu, de même qu’au sixième âge dont nous parlons naît dans la chair Notre-Seigneur, de qui un prophète avait dit : « Il est un homme, et qui le reconnaîtra ? » Et comme au sixième jour naît la nature humaine avec les deux sexes, ainsi dans ce sixième âgé Jésus-Christ et l’Église. L’homme en ce jour reçoit la domination sur les bêtes de la terre, les serpents et les oiseaux du ciel ; ainsi Jésus-Christ dans cet âge gouverne les âmes qui lui sont soumises, et qui sont venues à l’Église de cet Homme-Dieu, partie des nations, partie du peuple juif, afin que par lui fussent domptés et adoucis ces hommes livrés à la concupiscence charnelle comme un troupeau, ou enveloppés des ténèbres de la curiosité comme des serpents, ou emportés par l’orgueil comme des oiseaux. Et de même que l’homme avec les animaux qui sont autour de lui, se nourrit de graines, de fruits et d’herbes vivaces, ainsi dans le sixième âge tout homme spirituel, tout fidèle ministre du Christ, qui marche sur les traces du Sauveur autant qu’il lui est possible, se nourrit spirituellement avec le peuple rangé sous son autorité de la substance des Saintes Écritures et de la loi divine. Il y trouve comme des semences précieuses pour se rendre fécond en idées et en paroles, comme des arbres fruitiers pour soutenir ses mœurs au milieu des hommes, enfin comme des herbes vivaces, c’est-à-dire toujours vigoureuses et que ne peut jamais flétrir le souffle brûlant des tribulations, pour affermir la foi, l’espérance et la charité destinée à l’éternelle vie. En se nourrissant de ces aliments l’homme spirituel peut comprendre beaucoup de choses ; mais l’homme encore charnel, c’est-à-dire peu avancé en Jésus-Christ et qu’on peut appeler le troupeau de Dieu, croit beaucoup sans comprendre encore. Tous cependant ont la même nourriture.

bible12.jpg

Résurrection du Christ, peinture de Piero della Francesca (1450-1463)

Pour conclure, sur la durée de ce sixième âge présent, Saint Augustin se limite à reprendre les paroles du Christ au moment de l’Ascension : Il ne vous appartient pas de connaître les temps et moments que le Père a fixés de sa seule autorité (Actes des apôtres, I, 7). Voilà qui est sage et prudent, et que les millénaristes obsédés par la fin des temps devraient méditer, car une chose est sûre et certaine, tant en matière de vie humaine que d’histoire univeselle, nul ne connaît l’heure du septième âge.

Polyptyque du Jugement dernier, par Rogier van der Weyden, 1450, Hospices de Beaune

Justement, à propos de septième âge, Saint Augustin a aussi son idée sur la question :

Septième âge. Ce qui fait comme le soir de cet âge, et plaise à Dieu qu’il ne vienne pas de notre temps, si toutefois il n’a pas déjà commencé, le Seigneur nous le marque en disant : « Pensez-vous que quand viendra le Fils de l’homme il trouve encore de la foi sur la terre ? » Après ce soir aura lieu le matin, quand le Seigneur en personne apparaîtra dans sa gloire. Alors se reposeront avec Jésus-Christ de toutes leurs œuvres, ceux à qui il a été dit : « Soyez parfaits comme votre Père qui est dans les cieux. » Ceux-là en effet font des œuvres excellentes ; et ils doivent espérer ensuite le repos d’un septième jour qui n’a point de soir.

Et Saint Augustin de conclure ainsi cette démonstration comparative consacrée aux jours de la création du monde, aux six âges de la vie humaine et aux six âges de l’histoire universelle, par une synthès éblouissante qui tient en deux phrases :

On ne peut donc exprimer par le discours de quelle manière Dieu a fait et formé le ciel, la terre et toutes les créatures sorties de ses mains. Mais cette exposition suivant l’ordre des jours retrace de telle sorte l’histoire des choses accomplies, qu’elle présente surtout le tableau des évènements futurs.

Saint Augustine - Peter Paul Rubens.  Art Experience NYC  www.artexperiencenyc.com/social_login/?utm_source=pinterest_medium=pins_content=pinterest_pins_campaign=pinterest_initial

Saint Augustin, peinture de Pierre Paul Rubens

On devrait enseigner Saint Augustin dans les collèges, de préférence dans la version originale latine plutôt que dans la traduction française. Et garder Blaise Pascal pour le lycée, car ce que Saint Augustin exprime en plusieurs pages, Pascal les résume en un seul fragment, Perpétuité 5/11, il écrit : Les six âges, les six pères des six âges, les six merveilles à l’entrée des six âges, les six orients à l’entrée des six âges.

Et ce fragment de pensée est « carrément » génial, comme il sera étudié dans un prochain article intitulé  : Les six âges de la création humaine. L’auteur virtuel n’a pas fini de vous surprendre, si tenté qu’il ait d’ailleurs commencé.

Augustine of Hippo (November 13, 354 – August 28, 430 AD), also known as St. Augustine, was bishop of Hippo Regius (present-day Annaba, Algeria). He was a Latin philosopher and theologian from the Africa Province of the Roman Empire and is generally considered as one of the greatest Christian thinkers of all times. His writings were very influential in the development of Western Christianity.
Saint Augustin d’Hippone (354-430) était évèque d’Hippone, province africaine de l’empire romain, aujourd’hui Annaba en aAgérie. Philosophe et théologien, Docteur de l’Eglise, ses écrits ont eu une grande influence sur la chrétienté, plus particulièrement : De la doctrine chrétienne, les Confessions et la Cité de Dieu.

St. Augustine lighthouse		Anastasia Island	Florida	US	29.885556,-81.288611

Phare saint Augustin, Anastasia Island, Floride

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s