A Amboise, au pays de la courtoisie française

france affiche tourisme region ancien 09 Visitez la France avec des anciennes affiches touristiques histoire design

S’il est un conseil à donner une lectrice ou lecteur souhaitant découvrir la France, c’est bien celui de se rendre à Amboise sur les bords de Loire pour flâner dans une ville qui compte parmi les plus authentiquement françaises des cités de l’hexagone. Amboise doit sa réputation à un fleuve, à un roi et à un génie, ainsi qu’à une scène de genre illustrant les livres d’histoire et qui témoigne que la cruauté se retrouve dans toutes les guerres de religion. D’où le succès des sons et lumière, feux d’artifice, scène de cavalerie qui se succèdent tout l’été dans les châteaux de Loire.

Rien n’est plus français que les bords de Loire, tant pour le climat tempéré que pour les paysages de vignobles qui font la réputation de la région. Aucun autre roi que François Ier n’a transmis à la France un héritage culturel aussi important, lui léguant à la foi des châteaux, la langue française avec l’édit de Villers-Cotterêt et une mentalité nouvelle, celle de la Renaissance, appelée à traverser les siècles. Et personne mieux que Léonard de Vinci ne caractérise mieux le génie humain, léguant à son pays d’adoption parmi ses plus belles oeuvres aujourd’hui visibles au musée du Louvre.

Would love to paint this scene en plein air and visit Leonardo da Vinci's home at Amboise, France

Bien que fortement abîmé par le vandalisme issu de la Révolution française, le château royal d’Amboise compte parmi les plus beaux du val de Loire. L’arasement de pans entiers du château alors transformé en carrière de pierre par son propriétaire désargenté n’est pas sans mérite architectural, le voici désormais moins écrasé de pierres qu’il ne l’était auparavant.

Le château d’Amboise au XVIème siècle, au temps de françois 1er et Léonard de Vinci

Tant la situation géographique de ce château que son histoire et son architecture sont exceptionnelles ; certaines grandes pages de l’histoire de France y ont été écrites telles la conjuration de 1560 qui échoua dans le projet d’enlever le roi François II, tentative avortée annonçant les guerres de religion qui se succèderont de 1562 à 1598.

Exécution au château d’Amboise des conjurés protestants menés par La Renaudie

A proximité du château, au manoir de Cloux plus connu aujourd’hui sous le nom de Clos-Lucé, Léonard de Vinci y séjourna et travailla pendant deux ans, demandant, la mort venant, à être inhumé à Amboise où se trouve toujours sa tombe qui renferme ses ossements supposés depuis que sa première sépulture fut profanée pendant les guerres de religion.

Le château du Clos Lucé - Amboise - La dernière demeure de Léonard de Vinci

Le Clos-Lucé à Amboise où séjourna Léonard de Vinci ; aujourd’hui un musée remarquable lui est consacré ; il reçoit près de trois cent mille visiteurs par an, tout comme le château d’Amboise

C’est à la chapelle Saint-Hubert, au coeur du château royal, que les visiteurs viennent se recueillir du monde entier sur sa tombe, sans certitude cependant que ce soit bien les ossements de celui ayant transformé la vision artistique et technique de l’Occident.

Charles Hallo (ALO), Chateau royal d'Amboise, Touraine Loire Valley, France

Chapelle Saint Hubert au château d’Amboise où sont inhumés les ossements présumés de Léonardo da Vinci

Leonard de Vinci, Chateau royal d'Amboise, Touraine Loire Valley, France

Mais Amboise n’est pas constitué que d’un château royal ou d’un musée à la gloire de Léonard de Vinci. On y trouve encore une fort belle église romane, saint-Denis, ainsi qu’une demeure remarquable, longtemps inacessible et que l’on peut à nouveau visiter, Château-Gaillard. C’est en ce lieu que naquit la première Renaissance française sous Charles VIII avec la création des Jardins du Roy par le moine Dom Pacello, le « Léonard des jardins » venu lui-aussi d’Italie. L’orange y fur pour la première fois en france acclimatée, donnant naissance à la vogue des orangeries.

Le jardin du Roy de Château-Gaillard à Amboise

Les bords de Loire sont dotées d’une longue promenade de platanes qui invitent à méditer sur un fleuve dont la langueur l’été le dispute à la force des courants l’hiver venu. Et la vieille ville abrite une tour de l’horloge remarquable sous laquelle on passe pour flâner dans les rues commerçantes ou déguster des glaces artisanales qui ne sont pas toutes italiennes.

Amboise ~ is a small market town in central France. It lies on the banks of the Loire River.

La tour de l’horloge à Amboise

Autant que dans la ville même,  les trésors aux alentours sont innombrables. La pagode de Chanteloup constituée d’une tour de quarante-quatre mètres de haut, permet de s’initier à l’art floral chinois, au milieu d’allées qui mènent vers la forêt d’Amboise toute proche.

... to view the unusual 'Pagode de Chanteloup' just outside Amboise.

La pagode de Chanteloup, en lisière de la forêt d’Amboise

En poursuivant vers l’Est, on peut se rendre au village de Montlouis qui domine la Loire ainsui qu’au château de la Bourdaisière pour y découvrir plus de six cent cinquante espèces de tomates conservées dans un jardin dédié à ce légume-fruit venu d’Amérique du Sud.

Habitually Chic®: Chic Hotel: Château de la Bourdaisière

La tomate dans tous ses états au château de la Bourdaisière (Touraine)

Tout autour d’Amboise, les vignes traversées rappellent que c’est ici que sont fabriqués parmi les plus beaux vins de France : Vouvray, Montlouis, Cheverny sont autant d’appellations d’origine contrôlées dont la réputation n’est plus à faire, celles d’Amboise ou Chenonceau cherchant  à prendre appui pour la commercialisation sur la dénomination de châteaux mondialement connus. Les caves vous attendent pour apprendre à distinguer entre les différents cépages qui donnent aux vins de Loire des saveur tout en finesse et subtilité à l’image  de la douceur d’un val si éloigné des cruautés universelles.

Vouvray

Cuvée garantie par l’auteur virtuel

Car tout autour d’Amboise, ce ne sont que châteaux et demeures, abbayes et prieurés. Plus de 850.000 visiteurs venus du monde entier se précipitent au château de Chenonceau chaque année pour y admirer un édifice unique au monde qui enjambe la rivière du Cher, un pont qui épousa l’histoire tragique de la seconde guerre mondiale, puisque en ce lieu, le Cher servait alors de ligne de démarcation entre la zone libre et la zone occupée. Il n’était pas rare la nuit que des résistants ou des Juifs traversassent la galerie alors transformée en hopîtal militaire. Plus loin, Chaumont-sur-Loire offre ses jardins remarquables au public, parmi les plus beaux d’Europe.

Chateau de Chenonceau, Chenonceaux, near Amboise, Loire Valley, France (Photo copyright: Blaine Harrington III)

Le château de Chenonceau visité chaque année par plus de huit cent mille personnes 

Dans un rayon de cinquante kilomètres, ce ne sont pas moins d’une cinquantaine de châteaux qu’il est possible de visiter, parmi les plus réputés de France tels ceux de Blois, Chambord ou Cheverny, sans compter qu’il est possible de s’y rendre à l’un ou l’autre à pied ou en en vélo, sur des sentiers ou des routes dont la difficulté des tracés se limitent à franchir les vallées. Il existe aujourd’hui une route qui permet de suivre la Loire d’amont en aval pour ceux qui disposent de temps libre.

Amboise glass

Un vitrail d’Amboise, tout ce qu’il y a de plus royal

Et pour ceux qui n’aiment pas les châteaux, il reste la possibilité d’aller saluer le seul couple de pandas en france au zoo de Beauval situé à Saint Aignan-sur-Cher, à moins de quarante kilomètres de distance, un gros bourg doté d’un château, d’une abbaye et de ruines fortifiées surplombant la rivière : plus d’un million de visiteurs se pressent dans le zoo devenu le plus célèbre de france au point que dix-sept singes rares y ont été récemment enlevés.

Panda du Zoo de Beauval - Val de Loire - Loire Valley - France

Les pandas du zoo de Beauval

Saint-Aignan-sur-Cher, Loir et Cher, dept 41.

Saint-Aignan-sur-Cher abrite aussi un château et une abbatiale

Car ce qui fait la singularité de la ville d’Amboise, c’est la courtoisie dont elle a conservé cette rare qualité depuis la Renaissance. Ce n’est pas par hasard que François Ier avait invité Léonard de Vinci à y séjourner. Il savait qu’il y trouverait là, le calme et la tranquillité nécessaires pour la poursuite de ses travaux, en un lieu dominé par une harmonie naturelle entre  les hommes et les saisons, loin des passions exarcébées et de la vulgarité des foules.

Végétation inattendue Cest impressionnant de voir comment la végétation arrive à pousser même sur cette gargouille, pourtant située bien en hauteur ! Amboise, Indre et Loire (37)

Gargouille fleurie du château d’Amboise

Amboise a encore une autre qualité rare. La ville n’est pas trop défigurée par l’architecture moderne marquée par d’innombrables affreux lotissements et zones d’activités champignonesques encerclant le coeur des villes pour les étouffer et leur faire perdre toute âme. C’est que la population de la ville a doublé depuis les années soixante pour atteindre treize mille habitants, exode rural et urbanisation aidant à provoquer cette affluence. Pourtant, que l’on arrive par les bords de la Loire, de l’amont ou de l’aval, ou que l’on traverse le fleuve en venant du nord, ou par la forêt en provenant du Sud, la ville s’offre au regard sans le spectacle hideux de pavillons à l’infini ou de centres commerciaux édifiés sans plan d’ensemble et qui, depuis cinquante ans, ont dévasté les perpesptives des villes en même temps que se multipliaient ronds-points, dos d’âne ou cassis tonitruants.

A peaceful lane near Amboise <3 via "France, daily photo"

Un chemin de campagne à proximité d’Amboise

C’est pourquoi il faut se rendre à Amboise sans tergiverser. Certes, l’été, des hordes de touristes aux moeurs sauvages investissent la ville. Mais il faut bien que le commerce vive et tant le château royal, que le Clos-Lucé ou Château-Gaillard méritent le détour. Et puis, tous ces visiteurs n’empêchent pas d’admirer la Loire où il n’est pas rare d’y surprendre des hérons qui ne craignent pas tous ces barbares modernes qui débarquent tous à la même saison et à la même heure en habitués des circuits touristiques rythmés par les horaires d’ouverture des lieux culturels.

Amboise, France, view from Amboise Castle; visited May 2008

Toits d’ardoise de la ville d’Amboise

Pour conclure, il peut paraître étrange de souligner cet aspect courtois d’Amboise en tant que qualité française. La courtoisie n’est plus ce qu’elle était. Elle s’est perdue avec la dissolution des moeurs et l’extension des techniques qui invitent au bruit et à la fureur, que ce soit le klaxon des autos ou les sonneries des téléphones mobiles. Pourtant, la courtoisie eut ses heures de gloire avant que tout le pays entier ne sombrât dans des vaines querelles et la frénésie des conflits sans fin. La France fut longtemps un pays courtois qui s’enorgeuillait de savoir accueillir visiteurs et étrangers. Cela n’est plus. L’injure est devenue le lot commun d’un peuple ayant renoncé au « vivre ensemble ».  Il reste encore quelques îlots éloignés de la capitale asphyxiée et des grandes métropoles où s’entassent des populations déracinées. Amboise est un de ces ilôts de courtoisie  où il fait encore bon vivre. Pour combien de temps encore ?

✈️ Photo aérienne d'Amboise - Indre-et-Loire (37)

Photo aérienne d’Amboise

Quinquina Vouvray au vin blanc, apéritif exquis... : [affiche] / [Maurice Biais] - 1925 : demandez un Bourin..

Pour tout savoir sur le quinquina Vouvray Bourin, rendez-vous sur une page du site de l’association  Vouvray Patrimoine : « Le Quinquina Vouvray Bourin, puisqu’ainsi on le nomme, n’est pas seulement une friandise où chante l’âme ensoleillée d’un des plus beaux pays de France, c’est par surcroît un cordial étonnant, un apéritif de premier ordre, qui communique à tout l’organisme cette sensation de bien-être, de chaleur généreuse, de réconfort, de saine gaîté, découlant d’un assemblage d’éléments en tête desquels nous trouvons les fameux quinquinas Kalissaya, savamment incorporés aux vins de choix, savoureux et dorés, dont Vouvray reste l’unité idéale. »

Une réflexion sur “A Amboise, au pays de la courtoisie française

  1. Béréenne attitude 8 septembre 2015 / 7 h 06 min

    Bonjour,

    Pour cette partie de votre article, de quelle période (époque) parlez-vous ? : Pourtant, la courtoisie eut ses heures de gloire avant que tout le pays entier ne sombrât dans des vaines querelles et la frénésie des conflits sans fin. La France fut longtemps un pays courtois qui s’enorgeuillait de savoir accueillir visiteurs et étrangers. Cela n’est plus. L’injure est devenue le lot commun d’un peuple ayant renoncé au « vivre ensemble ».

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s