Ô ManOir

Normandie (219)

C’est au salon de thé de l’orangerie des jardins botaniques royaux de Kew, proche de Londres, que j’aimerais, le plus tard possible, et si Dieu veut, mourir paisiblement une tasse à la main, devisant du monde, en parcourant la plus grande carte de la terre imaginable que l’on puisse trouver, celle des fleurs et des plantes toujours renaissantes.

Voici la première phrase d’un roman auquel vous avez échappé car Dieu ne joue pas aux dés dans l’univers [Gott würfelt nicht]… C’est pourquoi, nous avons jeté les dés qui ont roulé, roulé, roulé, s’arrêtant sur trois chiffres : 3, 6, 6.

La bataille du Mans pendant la virée de Galerne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.