L’écrin de la tenture de l’Apocalypse

C’est au château d’Angers qu’il est possible d’admirer la plus grande tapisserie jamais tissée en Europe que constitue la tenture de l’Apocalypse, une oeuvre du XIVème siècle commandée par le duc Louis 1er d’Anjou et consacrée à une représentation de l’Apocalypse selon saint Jean. Offerte à la cathédrale d’Angers par le roi René, elle sera oubliée et livrée à la poussière jusqu’au XIXème siècle ou ce travail impressionnant est redécouvert pour être mis en scène après la Seconde guerre mondiale dans une longue galerie spécialement construite au milieu du château, pour la conserver et la présenter aux spectateurs.

Château d'Angers aussi appelé château des ducs d'Anjou, est situé dans la ville d'Angers dans le département de Maine-et-Loire en France

Vue aérienne du château d’Angers édifié à partir de 1232, pendant la régence de Blanche de Castille.

Le château des ducs d’Anjou est une forteresse médiévale constituée de dix-sept tours alternant calcaire blanc et schiste bleu. Chaque tour circulaire a un diamètre de 11 à 13 mètres. Le château surplombe les rives de la Maine, là où les Romains avaient élevé la ville appelée Juliomagus, à l’endroit même où le peuple Gaulois des Andes avait édifié un oppidum d’où provient le nom d’Angers, Andegavum.

Tout angevin est donc gaulois dans l’âme sans forcément le savoir, foulant depuis plus de deux mille ans la terre de la tribu des Andes dont il nous reste de nombreuses traces archéologiques. Il est aussi un peu romain comme le rappelle aussi à quelques kilomètres le nom de la ville des Ponts-de-Cé en référence aux Ponts de César qui enjambent la Loire.

Vue générale des jardins du quadrilatère du château d'Angers (Maine-et-Loire) en cours de fouille, 1997. Au premier plan apparaissent les massifs de fondation d'un temple antique des 1°-3°s de notre ère.En arrière plan on distingue la façade est du mur oriental de la aula des X°-XII°s, d'où se dégagent le portail en plein cintre du palais comtal et les grandes baies de la résidence..

Les fouilles des jardins du quadrilatère du château ont permis en 1997 de faire apparaître les fondations d’un temple antique du 1er siècle de notre ère (au premier plan à droite) ; en arrière plan, on remarque la façade orientale de la aula datant du Xème siècle

Sa construction aux frontières du royaume manifeste auprès du duc de Bretagne la puissance du roi de France. Henri III pendant la guerre de religion ordonnera de le détruire, mais les tours seront seulement arasées d’un tiers, la forteresse devenant plus tard la prison qui accueillera un temps le surintendant Fouquet arrêté par d’Artagnan sur ordre de Louis XIV. Pendant la Seconde guerre mondiale, les Allemands installeront à demeure une garnison, y stockant armes et munitions. Les avions Américains qui tapissèrent les noeuds ferrés de la ville d’Angers de bombes en 1943 et juin 1944 eurent pour une fois la bonne idée de ne pas prendre la forteresse pour cible même si le quartier saint Léonard tout proche, et qui se trouvait près de la gare n’eut pas cette chance, étant lui bel et bien rasé. Il n’en fallut pas moins dix ans pour que le château retrouve un supplément d’âme que lui apporta la tenture dont la galerie fut inaugurée en 1954.

Un impressionnant pont-levis constitue l’unique entrée de la forteresse qui n’accueille plus aujourd’hui que de paisibles jardin sà la française, des pieds de vigne qui donne un excellent vin, le manoir et la chapelle ducales ainsi que la galerie de la tenture. De la plus haute tour, la vue sur la ville d’Angers, la Maine et au loin la Loire est exceptionnelle pour ne pas dire imprenanble (on dirait un article d’agence de voyage, ndlr)

Château d'Angers, Angers, Loire Valley, Maine-et-Loire, France.... http://www.castlesandmanorhouses.com/photos.htm ..... Photo shows a spectacular drawbridge controlling entry. The Château d'Angers was founded in the 9th century by the Counts of Anjou. It was expanded to its current size in the 13th century. It is strategically located by the river Maine. Open to the public, the Château d'Angers is home of the Apocalypse Tapestry.

Ce pont-levis à première vue semble inoffensif. C’est qu’il est précédé d’un long pont tout aussi étroit  et flanqué de deux tours impressionnantes. la cotte de maille est conseillée pour franchir de manière inamicale les douves où longtemps des daims vaquèrent à leur occupation première, broûter.

Angers Castle -

Mais les daims de notre enfance ont aujourd’hui disparu pour laisser place à des bosquets plantés tout aussi à la française que les jardins suspendus à l’intérieur du château. En rervanche, ce qui ne changera jamais sauf dérèglement catastrophique du climat, c’est le  temps variable résultant du passage d’énormes cumulo-nimbus venus de l’Atlantique et qui vont se déverser sur toute l’Europe occidentale après avoir hésité à noyer la ville sous des trombes d’eau, phénomène rare car Angers est une ville paisible où mème la pluie tombe tout en finesse et en douceur. Ce n’est pas pour rien que les rois de France choisirent d’attribuer prioritairement à leur rejetons mâles le titre de duc d’Anjou, ce qui permettait de crier Anjou dans les boudoirs royaux en guise d’ordre intime de tirer.

Chateau d'Angers

A l’intérieur du château, une fois dans la galerie, ce qui attend le visiteur est en effet unique au monde et mérite le déplacement d’où que l’on vienne, du Périgord confit ou du Berry de la célèbre comtesse, à condition cependant de bien s’y préparer. Car le travail exécuté par l’atelier de Nicolas Bataille entre 1373 et 1382 à partir de cartons dessinés par Jean de Bondol dit Hennequin de Bruges, est si fidèle à l’oeuvre de Jean qu’aujourd’hui, il est difficile d’imaginer une autre lecture visuelle de l’Apocalypse.

✅ Tapisserie de l’Apocalypse ✅ Château d’Angers (Maine-et-Loire)

C’est pourquoi la première chose à faire avant d’entrer au château est de lire ou relire l’oeuvre de saint Jean  de Patmos avant de déambuler dans la galerie. Car cette visite ne peut être prise à la légère. C’est tout de même le cheval livide et la mort qui vous attend au détour, un simple détail de la douzième pièce de la première des six pièces constituées chacunes de quatorze tableaux, soit un ensemble de quatre-vingt-quatre scènes de l’Apocalypse, pour une longueur totale de 140 mètres dont 103 mètres sont arrivés jusqu’à nous,et chaque pièce mesurant vingt-trois mètres de long sur 6 de hauteur, soit à l’origine 840 m² tissés, dont il reste 620m² visibles de nos jours.

Le cheval livide et la mort. Détail de la douzième pièce de la première tapisserie de la Tenture de l'Apocalypse d'Angers - (entre 1373 & 1382)

Le cheval livide et la mort

 A suivre : la promenade du bout du monde

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s